REMÉDIATION COGNITIVE

La remédiation cognitive à visée thérapeutique prend la forme d'un traitement rééducatif destiné à améliorer le fonctionnement attentionnel, mnésique, langagier, exécutif, visuo-spatial ou encore métacognitif.

Une action indirecte ou semi-directe sur les déficits fonctionnels affectant la vie quotidienne est attendue.

L'amélioration cognitive s'obtient par l'entraînement des fonctions déficitaires (restauration partielle ou totale) ou par défaut en travaillant sur les fonctions préservées pour créer des mécanismes de compensation.

La remédiation cognitive n'est pas destinée à remplacer un traitement médicamenteux ou une psychothérapie mais à compléter leurs effets.
Ces approches thérapeutiques peuvent et devraient généralement être associées.


Ces quatre formes de traitement agissent à des niveaux différents : 

1) médicaments psychotropes : récepteurs cérébraux (auprès d'un médecin ou psychiatre) 

2)psychothérapie : représentations de la personne (auprès d'un psychologue clinicien) 


Au cabinet (en bleu) :

3) remédiation / réhabilitation / rééducation cognitive : traitement de l'information

- Exercices papier crayon et / ou programmes informatisés (REHACOM et HAPPY NEURON)

CRT-enfant (Cognitive Remediation Therapy) : outil de remédiation cognitive de type papier / crayon, administré au cours de séances individuelles avec le thérapeute. Il comprend trois modules : flexibilité cognitive, mémoire de travail et planification. La CRT-enfant vise l'amélioration du fonctionnement cognitif (en particulier des fonctions exécutives) et des capacités fonctionnelles du patient. Cette méthode de reméditation cognitive s'adresse aux enfants qui présentent des troubles de la sphère exécutive, par exemple dans le cadre d'un TDAH, d'un trouble du spectre de l'autisme ou encore de troubles spécifiques des apprentissages. Des études de validation ont notamment été conduites dans le cadre des troubles du spectre de l'autisme (Hajri et al., 2017) et pour le TDAH (Hamza et al., 2018). Ce programme de remédiation cognitive se déroule sur 24 séances à raison d'une séance par semaine. Une séance dure 45 minutes avec l'enfant, suivie d'un temps d'échange de 15 minutes avec le ou les parents. Des exercices à la maison sont proposés chaque semaine afin de permettre une généralisation des acquis dans le quotidien.


4) neurofeedback : activité électrique du cerveau (mesurée par l'électroencéphalogramme  ou EEG), ondes cérébrales

Il sera plus amplement développé la technique appelée neurofeedback parce qu'il s'agit d'une thérapie dite de troisième vague qui est la plus utilisée au cabinet et qui permet l'obtention de résultats significatifs.

Neurofeedback / neurothérapie

Méthode d'apprentissage par entraînement ayant pour but d'apprendre au cerveau à obtenir un état d'activation cérébrale physiologique approprié et à s'y maintenir en utilisant la capacité du cerveau à s'autoréguler via la plasticité.

Une évaluation initiale est réalisée (EEG quantifié) pour mettre en évidence les dysfonctionnements quantitatifs des ondes cérébrales, afin d'individualiser la prise en charge. Un programme est alors mis en place pour entraîner l'activation cérébrale dans le but de corriger les anomalies détectées, grâce à une action par feedback audio ou visuel informatisé. Ainsi le neurofeedback est une forme de biofeedback, il est d'ailleurs également connu sous le nom de biofeedback EEG.

Il est proposé cinq minutes d'exercice de cohérence cardiaque avant l'entraînement. La cohérence cardiaque est un état d'équilibre physiologique, physique, mental et émotionnel, induit par une pratique respiratoire volontaire. Contrôler ses battements cardiaques permet de mieux contrôler son cerveau.


Contact : 

Centre d'Entraînement et d'Evaluation en Neurofeedback (CEEN)

Ligne téléphonique : 07.83.69.48.68

Site internet : www.centre-neurofeedback-dijon.fr



Cibles thérapeutiques :

Quelques textes de référence (cliquer pour consulter) : 

- Article général : Qu'est-ce que le neurofeedback? : Une mise à jour. Journal of Neurotherapy (Hammond, 2008).

Etude de suivi des enfants DYS traités par neurofeedback ou placebo. Clinical EEG and neuroscience (Becerra, 2006).

- Épilepsie : Foundation and practice of neurofeedback for the treatment of epilepsy (Sterman & Egner, 2006).

- Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA-H) : Evaluation du neurofeedback dans le TDAH : une longue route sinueuse (Ars & el, 2014). 

- Traumatismes crâniens : Neurofeedback and traumatic brain injury : A litterature review (May & al, 2013).

- Trouble du spectre de l'autisme : Neurofeedback in autism spectrum disorders (Holtmann & al, 2011).

- Anxiété : Neurofeedback with anxiety and affective disorders (Hammond, 2005).

- Dépression : Neurofeedback and networks of depression (Linden, 2014).


Thérapie reconnue de niveau 1 (meilleur niveau de preuves) par l'American Academy of Pediatrics : http://www.braintrainuk.com/wp-content/uploads/201...

Structures reconnues : AAPB, ISNR, BCIA, BFE.


Exemple de résultats d'EEG quantifié en Z-score, permettant d'obtenir une cartographie du fonctionnement électrique cérébral comparé à une norme pour l'âge, en rouge sont indiqués les excès observés, en bleu les carences observée. Chaque fréquence d'onde cérébrale est représentée. Cette cartographie permet la mise en place d'un protocole individualisé d'entraînement en neurofeedback.